Turquie 2007-2009

Mission :

Deux missions sont se déroulées en Turquie
La première concernait une formation FDF et Conduite Hors chemin aux pompiers forestiers du ministère des forêts turques :
Formation FDF :
Des ingénieurs des forêts arrivés de chaque région de la Turquie ont dispensés la mission de formation.
Le niveau de formation était du Chef de groupe FDF.
Apres 3 jours de théorie en salle, nous avons procédé à une mise en pratique de leur savoir faire.
Leur niveau de connaissance était correct

Formation COD 1 et COD 2

Apres une demi journée en salle, Thibaut et Patrick sont partis sur le terrain sur les hauteurs d’Antalya.
À leur arrivée, une quinzaine de stagiaires étaient déjà présents sur les lieux.
Une manoeuvre sur les pompes est aussitôt organisée pour évaluer leurs acquis.
Le reste de la semaine a été consacré à la conduite hors chemin.
Un travail de fond était nécessaire pour faire changer leur conduite :
Tâches déjà entreprises en février par Rémi et Yannick.
Après plusieurs frayeurs et quelques glissades mal contrôlées, notre Péponne et son fiston étaient assez contents du travail réalisé sur le terrain.
La deuxième formation concernait une formation INC et TOPSR aux pompiers de la ville d’Antalya

Formation INC

La première journée était plutôt destinée à une approche et une connaissance des techniques turques avec démonstration et manoeuvre sur le terrain.
A partir du deuxième jour et jusqu’à la fin de la semaine, Cyrille et Bernard ont démontré l’efficacité des techniques françaises face aux feux urbains et aux feux de voiture GPL.
Malgré une bonne connaissance pratique, une formation sur les accidents thermiques devrait compléter leur savoir.
Des formations sur la gestion opérationnelle et commandement seront toutefois nécessaires aux cadres enfin de gérer convenablement les interventions.

Formation TOPSR

Idem Que Pour L’incendie, la première journée a été une prise de connaissance du matériel et du personnel
Jérôme et Julien ont démontrés les techniques françaises de désincarcération sur plusieurs voitures
Techniques assez comparable à leurs techniques, cependant, ne manquant pas de thèmes de manoeuvre, ils ont pu s’apercevoir que certaines n’étaient pas enseignées telles que :
– la sortie d’une victime d’un poids lourd
– dégagement de personnes avec une voiture sur le toit.
Le jeudi matin, un accident à 150 kms d’Antalya a déclenché l’équipe spécialisée d’Antalya.
Un hélicoptère est venu sur place afin de récupérer l’équipe et aussi Jéjé et Juju.
L’intervention a été malheureusement annulée.

Conclusion :

La semaine de formation a été très appréciée autant par les forestiers que par les pompiers communaux ;
Cependant un travail important reste à faire sur le GOC et sur la sécurité individuelle et collectif du personnel
De nombreuses autres missions devraient être réalisées sur les 3 ans à venir.
Une école calquée sur Valabre et d’une superficie de 40 hectares devrait ouvrir fin 2010, avec :
– 2 simulateurs feux de forets
– 1 parcours conduite hors chemin
– Une base d’hélicoptère
Proposition de formation
– Améliorer la sécurité individuelle de chaque SP en manoeuvrant avec l’EPI complet.
– Cadrer et structurer les manoeuvres en limitant leurs nombres et en simplifiant les procédures. Il faudra créer un document en prenant pour base le GNR manoeuvres en binôme que nous utilisons en France (GNR manoeuvres en binôme pour information)
– Formation aux techniques de reconnaissance au moyen de lignes guides et de liaisons personnelles
– Formation aux techniques de sauvetage au moyen du LSPCC
– Formation sur les feux de voiture carburation GPL

COMPTE RENDU MISSION FEUX DE FORÊTS
PROGRAMME DE FORMATION DES CADRES DANS LA LUTTE CONTRE LES FEUX DE FORETS

02 novembre au 08 novembre 2009

PRÉAMBULE

La doctrine française relative à la lutte contre les feux de forêts a été élaborée à partit de la prise en compte des retours d’expérience et de l’évolution des techniques de lutte, des engins et des matériels.
Les théories décrites dans ce programme sont issues des formations dispensées aux Officiers de sapeurs-pompiers français. Elles sont simples et amenées à être utilisées rapidement dans la sécurité sur un feu de forêts. Elles doivent prendre en compte les spécificités opérationnelles et culturelles de chaque pays si elles sont enseignées en dehors de France. Ces théories sont adaptées aux conditions locales de topographie ou de dotation en matériels.
Pour être efficace, cet enseignement doit permettre de conduire les interventions dans un cadre national ou régional commun et cohérent, garant d’efficacité et surtout de sécurité pour les personnels engagés ainsi que la population.
Toutefois, seuls les emplois de cadres font partie du domaine spécialisé « feux de forêts ».
Le terme de feux de forêts doit s’entendre dans son acception large telle que figurant dans le guide de stratégie générale. Il englobe les feux de formations forestières et sub-forestières (forêts, garrigues, maquis, landes, friches, etc.…).
En fonction de la configuration géographique des massifs forestiers et de l’importance du sinistre, l’organisation opérationnelle peut s’appuyer localement sur des moyens composés à partir du camion-citerne feux de forêts isolé (CCF), de l’unité d’intervention feux de forêts (GIFF), de la colonne eux de forêts auxquels peuvent être adjoints des moyens aériens de sécurité civile ou privés.

COMPTE RENDU

Un programme sur 5 jours (40 heures, dont 16 de pratique sur le terrain – hors exercice de nuit), simplifié et tiré de la doctrine française a été élaboré à destination des cadres sapeurs-pompiers amenés à commander plus de 2 engins sur une opération feux de forêts.
L’objectif était d’analyser rapidement la zone d’intervention (ZI) pour identifier la zone sinistrée et la zone sinistrable afin de déterminer une stratégie de lutte dès les premières minutes et de combattre l’incendie dès sa phase naissante.
Ce programme comportait obligatoirement un minimum de cours théoriques qui devaient être immédiatement mis en application sur des travaux dirigés (TD) sur le terrain ; chaque TD s’est terminé par une reformulation ou une synthèse à des fins de correction.

FORMATIONS TOPSR & INC
MISSIONS TECHNIQUES OPERATIONNELLES EN SECOURS ROUTIERS ANTALYA

Julien CORREARD
Jérôme SAVET
Objectif général de la formation :
A la fin de cette mission, les sapeurs-pompiers d’Antalya étaient capables de :
– Savoir : Connaître le matériel utilisé lors d’opérations désincarcération.
– Savoir-faire : Mettre en oeuvre les différentes techniques de désincarcération.
– Savoir être : S’intégrer dans une opération de Secours Routiers en respectant les règles de sécurité collective.
La formation a débuté au centre de secours principal de la ville d’Antalya, capitale touristique de la Turquie. Nous avons découvert un panel de véhicules, tous équipés de matériel de désincarcération, même une moto dispose d’une cisaille type GALEGO.
Un véhicule type FSR regroupe l’ensemble du matériel pour des techniques de désincarcérations, manoeuvres de force, sauvetages – déblaiements, secours en ravin. Ce véhicule est armé par trois sapeurs-pompiers et intervient en renfort d’un véhicule de reconnaissance sur un accident.
Les pompiers turcs ne réalisent pas les missions de secours à personne, mais apportent une aide technique pour les ambulanciers lors d’accident de la route ou autre.
La formation concernait 24 pompiers professionnels et volontaires de plusieurs casernes. La traduction s’est faite avec une interprète qui parlait l’anglais. La formation durait deux jours et demi par groupe de 12 stagiaires.
Lors de cette semaine passée à Antalya nous avons abordé différentes situations. Le travail s’est effectué en deux groupes.
La première journée commençait par Le calage d’un véhicule:
– voiture sur les roues, il a été nécessaire de préciser l’importance de caler le véhicule du côté opposé à la victime
– sur le coté
– sur le toit
Dans l’ensemble bonne connaissance des techniques et de leurs importances. Il serait utile qu’il y ait plus de cales, madriers dans le véhicule, ainsi qu’un jeu de cales escaliers ;
Un atelier a été réalisé pendant le même moment sur la marche générale des opérations en secours routiers, avec une insistance particulière sur le placement des véhicules avec le balisage de la zone d’intervention.
Une approche a été faite sur les systèmes de sécurité active et passive des véhicules. Mais il ne dispose pas de neutralisateur d’airbags.
L’après midi était consacré aux ouvertures simples :
– retrait des pare-brises, il n’y avait que des pare-brises avec des joints. Il serrait intéressant d’équiper le véhicule d’une scie à pare-brise.
– ouverture des portières.
Démonstration de techniques de désincarcération :
– Voiture sur le toit (technique inconnue pour les pompiers Turques)
– Relevage de tableau de bord. Plusieurs techniques ont été abordées (avec le vérin, les chaînes pour le relevage de colonne de direction, avec l’écarteur)
La deuxième journée était axée sur les accidents impliquant des poids lourds :
-Techniques de calage d’une cabine poids-lourd
-Découpe du tablier avant, relevage de la colonne de direction
-Sortie d’une victime avec une échelle et le brancard, « technique de la charnière ».
Egalement nous avons revu avec eux la technique du portefeuille pour les véhicules sur le coté, et pratiqués quelques cueillettes de victimes avec le plan dur.
La dernière demi -journée a été un échange de techniques de « cordes » liés au Sauvetage Déblaiement. Nous leur avons montré comment à l’aide d’un minimum de cordes, échelles, plan dur comment descendre ou monter une victime. Nous leur avons démontré les technique SD de la charnière, la glissade, les échelles parallèles. Ils ont apprécié nos techniques, il leur manque simplement un lot de sauvetage pour pouvoir travailler en toute sécurité.
Dans l’ensemble les pompiers ont eu l’air content de la participation à cet échange. Ils ont de bonnes connaissances en secours routiers, l’axe d’amélioration porte essentiellement sur l’organisation.
Nous pensons qu’il n’est pas utile de retourner à Antalya, pour dispenser une formation complète en secours routier.
Par contre nous pourrions ajouter du matériel au FSR et les former à l’utilisation d’une scie pare brise, pointeau-choc, coupe ceinture, neutralisateur d’airbag, semelle d’appui.

FORMATION FEUX URBAINS

Bernard CINI
Cyrille BESCHE
Compte rendu de la semaine
Lundi 2 Novembre 2009 :
Départ de l’hôtel à 10h pour la caserne Hurryet (Liberté) avec Ramazan.
Accueil du directeur départemental Emin. Présentation de l’équipe et définition des objectifs de la semaine. Arrivée de la presse locale.
Visite de la caserne par l’équipe de garde et présentation du matériel et véhicules.
Démonstration d’un établissement (lance à eau et lance à mousse).
Pause repas.
Départ sur les falaises pour une démonstration de manipulation de cordes avec sauvetage.
Départ pour la visite de la police maritime qui travaille en collaboration avec les pompiers. Section Subaquatique.
Départ pour le centre d’alerte interservices en collaboration avec les services ambulance, police, gendarmerie et pompiers : numéro d’urgence unique 112.
Retour à la caserne pour une démonstration de leur bras élévateur. Débriefing avec Emin qui ne sera pas présent pour le reste de la semaine. C’est son adjoint Cem qui aura le projet en charge et qui sera notre interlocuteur.
Mardi 3 Novembre 2009 :
On s’est séparé en 2 groupes : 1 groupe pour la caserne Hürryet sur les feux urbains et 1 groupe à la casse pour la désincarcération.
1er groupe : prise en charge de 10 personnes. Présentation de la journée en salle de cours avec échanges avec les turques. Comparaison des manoeuvres turques et françaises. Ils ont déjà des connaissances théoriques de bon niveau. La pratique est moins cadrée. Pas de manoeuvre type
Mercredi 4 novembre 2009 :
A la demande des pompiers turcs, nous avons abordés les sauvetages, démonstration de leurs techniques, ensuite démonstration de sauvetage à l’aide de la ligne guide sous ARICO.
Nous avons fait un départ sur un incendie de maison. Cette intervention a confirmé le manque de structuration des manoeuvres. Il serait intéressant d’introduire du GOC dans les formations.
Au cours de l’après midi une partie sur les sauvetages, ensuite explication et démonstration d’une manoeuvre feu de GPLc. Le risque existe en Turquie mais ils n’existent aucune procédure opérationnelle.
Jeudi 5 Novembre 2009 :
Inversion des groupes.
Matin : Présentation des formateurs et des stagiaires en salle. 4 manoeuvres turques avec des améliorations avec le 1er groupe.
Après midi : Démonstration d’une manoeuvre française avec les 4 français et un conducteur turc : 2 LDV 45 sur division alimentée avec alimentation de l’engin sur poteau incendie. Ensuite, 2h de salle avec explications des manoeuvres françaises de : M1 à M6. Pour finir explication et manoeuvre avec Cyrille et Bernard pour feux de voitures GPL.
Description et analyse des manoeuvres
Premier thème : feu de maison simple rez-de-chaussée : deux LDV 45 sur division alimentée
Départ à 6 SP dans le fourgon.
L’établissement de la division se fait du FPT vers le feu. Trois tuyaux sont mis à plat au sol puis raccordés. La division est raccordée au troisième tuyau.
Un sapeur-pompier saisi la division et se rend à l’endroit désigné par le chef.
Cette méthode est rapide et efficace s’il n’y a pas d’obstacle sur le cheminement. Par contre si le cheminement est sinueux ou avec des escaliers, les tuyaux se bloquent.
L’établissement de la LDV se fait face au feu avec un seul tuyau (pas de réserve). Le Chef du FPT peut décider de rajouter un tuyau. Un SP vient faire le double porte lance. L’établissement de la deuxième lance se fait de la même manière.
Analyse : cette manoeuvre a été faite par deux équipes différentes. Nous avons constaté qu’une grande autonomie est donnée au chef du FPT sur la répartition des taches et sur l’exécution de la manoeuvre. Il en résulte une perte de temps dans l’explication des taches à effectuer. Cette perte de temps pourra être encore plus grande lors d’un feu réel. En effet le stress de l’intervention peut compliquer la communication entre le chef du FPT et les SP.
Deuxième thème : Feu au premier étage d’une maison : 1 LDV de plein pied et 1 LDV sur échelle. Les deux lances sont établies sur une division.
L’établissement de la division et des deus LDV se fait de la même façon que la manoeuvre précédente. Un deuxième tuyau étant nécessaire pour progresser sur l’échelle et à l’étage, il a fallu prolonger l’établissement de la LDV.
Analyse : Cette manoeuvre confirme l’analyse de la première manoeuvre. En effet, la multiplication des actions à effectuer (établissement d’une division, de deux LDV, d’une échelle, et prolongation de l’établissement) a mis en évidence la perte de temps dû au fait que le chef du FPT doit chercher les SP disponibles et leurs expliquer les actions à venir. Il s’agit plus d’explications des actions que de donner des ordres
De plus nous avons constaté des lacunes sur la sécurité dus SP.
Troisième thème : Feu d’hydrocarbure
1) Etablissement d’une lance à mousse haute pression par un binôme.
Analyse : manoeuvre très rapide. Cependant, comme dans les autres manoeuvres, aucune réserve de tuyaux n’est effectuée au point d’attaque. La possibilité de progression est donc limitée.
2) Etablissement d’une LM avec prémélangeur : Il ne semble pas y avoir de manoeuvre type. Les deux groupes ont effectué des manoeuvres complètements différentes.
Quatrième thème : sauvetage en étage (sans échelle aérienne)
La personne a été descendue sur une échelle par trois SP. Au total 4 personnes se trouvaient sur l’échelle !!!!
Analyse : La technique est très périlleuse et très lente. De plus la hauteur du sauvetage sera limitée par la hauteur de l’échelle.
Cinquième thème : reconnaissance / recherche de victime en grand volume enfumé
La manoeuvre se fait en binôme. Le binôme qui effectue la reconnaissance est en contacte avec la sortie par une commande qui est déroulée par un SP qui se trouve à l’entrée de la pièce. La commande se détend au changement de direction.
Analyse : Cette manoeuvre peut être utilisée en urgence pour des petits volumes enfumés. Par contre elle trouvera rapidement ses limites dans un grand volume avec des changements de direction. La commande ne sera pas tendue sur le trajet effectué, et ne pourra pas servir de guide pour le retour vers la sortie.
Analyse générale : Les sapeurs-pompiers d’Antalya ont de très bonnes connaissances théoriques sur le feu. Par contre ils manquent de structuration dans les manoeuvres. Leur expérience leur per met d’être efficace. Cette efficacité peut être accrue en simplifiant les procédures d’établissement et en uniformisant les ordres pour tous les pompiers d’Antalya.
De plus nous avons constaté que les SP ne mettaient pas leur équipement de protection complet (veste de feu, surpantalon, casque, gants, appareil respiratoire) lors des manoeuvres. Seul l’entrainement régulier avec cette protection permettra d’avoir une aisance lors d’une intervention.

Personnes présentes pour la mission :
Chef de mission FDF3 : Didier BAYON
Formateur FDF 2 : Robert PIERA
Formateur COD 2 : Patrick JACQUET
Formateur COD 1 : Thibault JACQUET
Formateur INC : Cyrille BESCHE
Formateur INC : Bernard CINI
Moniteur secourisme : Jérôme SAVET
Moniteur secourisme : Julien CORREARD
Photographe : Magali ROUGY
Départ de Lyon 01/11/09 à 13h30
Arrivée à Antalya 01/11/09 à 20h35
Départ d’Antalya 08/11/09 à 4h10
Arrivée à Lyon 08/11/09 à 12h30

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *