Chronologie

Bonjour à toutes et à tous 

« Nous sommes submergés de dons et nous en sommes ravis mais nous avons besoin de monde pour palettiser demain mercredi, jeudi et vendredi de 9H00/12H00 et 14H00/17H00 »

Merci de revenir vers nous en MP sur notre profil Facebook, si vous pouvez venir nous aider 🙏et nous vous donnerons l’adresse du RDV

Merci !!!!

Le drame UKRAINE ne peut pas nous laisser indifférents.

Tous les membres de notre structure ont répondu présents pour collecter des produits de première nécessité sur les départements Ardèche Drôme Haute Loire Rhône Ain Isère Cotes d’Armor.

Tous nos membres se sont engagés pour acheminer par leurs propres moyens gratuitement les produits collectés vers nos différents points de stockage.

Nous nous sommes rapprochés de plusieurs transporteurs et avons actuellement obtenu le tarif de 7500.00 euros TTC pour un semi-remorque au départ de Saint Vallier en direction de Palenca en Moldavie.

La mobilisation étant très importante et c’est bien, nous fait prévoir de remplir 5 camions.

Madame, Monsieur, nous sollicitons maintenant une participation financière à hauteur de votre choix.

96 heures à Beyrouth :

L’équipe de bénévoles de l’association AAIP une fois sur place et au milieu d’une population et d’associations mobilisées cherche à apporter un soutien médical et logistique efficient.
Après les échanges avec LIONS et l’ordre de Malte libanais, les possibilités d’actions au travers de ces partenariats ne sont finalement pas si évidentes.
L’équipe cependant rapproche son campement dans les locaux de la municipalité. C’est en cours de journée que le chef de mission, Jean-Marc Chesnet, annonce alors un départ pour la zone dite d’exclusion, à savoir la zone évacuée à la suite de l’explosion : les pompiers de la mission rejoignent les équipes de déblaiement des décombres mais aussi malheureusement des corps jusqu’ici encore portés disparus. Pendant ce temps, l’équipe médicale assiste à une rencontre avec le gouverneur du Liban et les ambassadeurs d’Allemagne et des Etats-Unis, soucieux de fournir du matériel médical nécessaire à assurer les soins des victimes.
Les équipes sont à l’œuvre !

Soutenir l’Association pour mener à bien cette mission en faisant un don :

Sur Facebook ou par chèque à l’adresse 2AIP -1 rue Lucien Ferlay-26600 Tain l’Hermitage / Via le site internet www.2aip.fr
CONTACT PRESSE ET SITE INTERNET
Tél :(+33)6 61 15 79 79 et (+33) 6 10 54 49 17 / Suivez-nous sur Facebook-Twitter-Instagram

 « Solidarité avec l’Ukraine«  

Madame, Monsieur,

Le drame UKRAINE ne peut pas nous laisser indifférents.

Tous les membres de notre structure ont répondu présents pour collecter des produits de première nécessité sur les départements Ardèche Drôme Haute Loire Rhône Ain Isère Cotes d’Armor.                                                            Tous nos membres se sont engagés pour acheminer par leurs propres moyens gratuitement les produits collectés vers nos différents points de stockage.                                                                                                                             Nous nous sommes rapprochés de plusieurs transporteurs et avons actuellement obtenu le tarif de 7500.00 euros TTC pour un semi-remorque au départ de Saint Vallier en direction de Palenca en Moldavie. La mobilisation étant très importante et c’est bien, nous fait prévoir de remplir 5 camions.

Madame, Monsieur, nous sollicitons maintenant une participation financière à hauteur de votre choix.

 

 

Notre association avec l’accord et le soutien de la direction départementale des services incendie et de secours de la Drôme a pu procéder à l’ouverture de centres de collecte. 

Fermeture des collectes dans les casernes de pompiers dimanche 18 H

Désormais on peut déposer les dons dans les centres de secours de Nyons, Crest, Étoile, Tain l’Hermitage, Dieulefit, Montelimar, Die, Romans et au groupement Centre dans la caserne de Saint Marcel les Valence.  

Nous soutiennent également l’association des Maires de la Drôme, plusieurs mairies qui ouvrent leurs portes dans la Drôme  : Saint Paul 3 Châteaux, Saint Marcel les Valence, Saint Vallier, CCAS Nyons, St Barthemy de Vals, Anneyron etc…. ainsi que la paroisse de Saint Jean en Royans et la RESE à Chateauneuf d’Isère.

Dans le département de la Haute Loire : les mairies de Craponne sur Arzon et Allègre, Emmaus 43

Pour l’Ardèche point de collecte privé à Annonay,  idem pour le Rhône  à Vourles.

 

 

Vous pouvez soutenir l’action d’ AAIP en faisant un don.

Remerciements:

Le 10 octobre 2018,

Aussi pénible que cela peut l’être, notre équipe n’a pu aller au bout de sa mission qui était de porter assistance aux populations meurtries par le tremblement de terre et le tsunami du 28 septembre en Sulawesi, les autorités ayant refusé notre intervention sur les lieux.

Après Banda Aceh et Nias en 2005, Jogjakarta en 2010 et Padang en 2009  c’est une énorme déconvenue pour nous et nos correspondants locaux.

Si l’incompréhension et la frustration de ne pas pouvoir apporter notre aide aux victimes demeurent, nous nous devons de respecter les choix souverain de l’Indonésie.

Nous témoignons notre admiration à tous nos amis Indonésiens qui se sont donnés sans compter pour coopérer à notre engagement.

Merci à nos familles qui nous laissent nous engager de façon très rapide sur ces théâtres d’opérations.

Un grand merci à l’ambassade de France, pour son soutien et son accompagnement.

Nous saluons la rapidité de décision de nos employeurs, de nos collègues qui nous a permis de nous engager rapidement.

Nous exprimons une grande gratitude à l’égard de tous nos partenaires privés et publiques, compagnies aériennes pour toutes les facilités accordées à notre mission.

Enfin un grand merci pour tous les soutiens, messages et encouragements pour cette mission, hélas avortée. MERCI BEAUCOUP.

« Je ne perds jamais, soit je gagne soit j’apprends » Nelson MANDELA.

Le chef de mission (AAIP et PMH)

Mickael RICHOMME

 

 

 

Rapport mission Palu Indonésie 2018

Le vendredi 28 septembre :  l’Indonésie est de nouveau frappée par un tremblement de terre suivi d’un tsunami sur la région de Sulawesi .     La Région de Palu, ville de 350 000 habitants est la plus durement touchée .

Dés le Samedi 29 septembre :  2AIP et Pompiers Missions Humanitaires, forts de leur expérience commune sur l’Indonésie, Haïti et le Népal se mettent en relation pour échanger sur la catastrophe et activer le processus de Pré-alerte.

Le dimanche 30 septembre :  les images des îles Célèbes démontrent l’ampleur de la catastrophe. Nous prenons la décision d’attendre l’autorisation du gouvernement indonésien pour intervenir.

  

Le lundi 01 octobre :  les médias français annoncent sur les différentes chaines de télévision que le gouvernement indonésien demande l’Aide Internationale.    Nous constituons les équipes, faisons les démarches auprès des compagnies aériennes et prenons contact avec les différentes Organisations Gouvernementales .

Le mardi 02 octobre : les autorités Indonésiennes acceptent officiellement l’Aide Internationale entraînant notre départ sur Paris pour récupérer trois caisses de médicaments de type « Tulipe ».

Le mercredi 03 octobre : l’équipe provenant de deux associations (Actions Aides Internationales Pompiers de la Drome et Pompiers Missions Humanitaires du Calvados) est constituée d’un médecin, 2 infirmières, 4 sapeurs-pompiers avec comme matériel, 2 unités de potabilisation et plus de 160 kilos de médicaments (Adulte et Pédiatrique).

Le Jeudi 04 octobre : les membres des deux associations se rejoignent à Paris pour prendre un vol de la compagnie Singapore Air Line avec un transit à Singapour et une arrivée sur Jakarta.

Le vendredi 05 octobre : nous arrivons à Jakarta où nous croisons d’autres ONG françaises et étrangères qui nous font part de leurs difficultés pour rejoindre la zone sinistrée.

Nous prenons contact avec l’Ambassade de France en Indonésie et avec le MAE (Ministère des Affaires Etrangères) pour nous aider dans nos démarches.

En fin d’après-midi nous recevons de l’Ambassade de France un mail nous informant que l’Agence Nationale de Gestion des Catastrophes (BNPB) à indiqué que le Gouvernement Indonésien ne sollicitait pas l’aide des ONG étrangères même pour les opérations de sauvetage et d’assistance médicale. Elle précise en effet que ces domaines sont déjà couverts par les organismes nationaux compétents et les ONG Indonésiennes et nous invite à prendre contact avec le BKPM (Agence Indonésienne des Investissements) en charge de coordonner l’Aide Internationale privée. Suite à ces informations nous envoyons un mail au BKPM.

Si l’Indonésie précise sa suffisance dans les moyens de recherche de corps et les soins médicaux, elle confirme cependant son besoin de potabilisation, moyens aériens et hébergement. Nous rentrons dans la compétence potabilisation et poursuivons nos démarches.

Le samedi 06 octobre : le BKPM nous informe que le Gouvernement Indonésien coordonne en fonction des besoins du terrain les renforts étrangers. Cependant, comme nous sommes déjà présents sur Jakart , il nous invite à nous rendre vers le pont aérien situé sur l’île de Bornéo à BALIKPAPAN et à prendre contact avec le PNPB .

Nous procédons au reconditionnement de l’ensemble de notre matériel sur zone Cargo pour que celui ci nous suive sur Balikpapang entraînant un coût de 6 600 000 Rph (700 euros environ). 

Nous prenons donc un vol pour nous rendre sur l’Ile de Bornéo afin de poursuivre notre mission.

A notre arrivée à l’Aéroport, nous sommes invités à rejoindre le bureau de Police où tous nos passeports sont récupérés et photographiés par un agent .

Nous avons un entretien directif et sans équivoques avec un représentant du Ministère Indonésien qui après avoir exprimé sa gratitude et ses remerciements à l’égard de l’engagement des pays amis et des ONG qui se sont mobilisés, annonce fermement le refus catégorique de notre intervention sur zone sinistrée. Nous avons l’interdiction formelle de déployer nos équipes médicales et de potabilisation sur le lieu de la catastrophe. Cependant, nous sommes autorisés à nous y rendre pour du tourisme … il précise que si ces consignes ne sont pas respectées, nous nous exposons à des poursuites. Un sentiment d’incompréhension et de frustration est ressenti par toute l’équipe au vue de la situation dramatique sur la ville de Palu et de la détresse de la population sinistrée relayés par les médias sur le terrain. 

Le médecin du groupe à proposé de faire don de nos médicaments pour les sinistrés mais cela à été refusé catégoriquement. 

Par ailleurs, chacun des bénévoles voit ce sentiment accru au vue de la situation et des efforts fournis (pose de congés, absence familiale, coût financier important pour leurs associations). 

Le dimanche 07 octobre : le groupe retourne sur Jakarta.

L’équipe prend contact avec l’Ambassade de France en Indonésie, avec les membres des Associations restées en France et nos différents partenaires pour un premier bilan de la mission.

Le lundi 08 octobre : nous prenons ce jour contact avec la compagnie aérienne SINGAPORE Air Line pour changer nos billets ayant le souci d’impacter le moins possible les finances de l’ONG et de rentrer le plus tôt possible.  

  Recherche ONG locales pour faire don de nos médicaments afin d’en faire bénéficier la population.Nous rapatrions notre fret resté en zone cargo sur l’aéroport de JKT afin de l’alléger et préparer des colis de dons à des associations locales 

Nous avons la confirmation par Singapour airlines que nous pouvons rentrer dés ce mardi en France. 

Chef de Mission (AAIP et PMH)    Mickaël Richomme

SEISME INDONESIE

 

AAIP Aides Actions Internationales Pompiers et son partenaire de Normandie Pompiers Missions Humanitaires envoie une équipe médicale et de secouristes qui partira jeudi 4 octobre de Paris.

Notre destination est Palu ville durement touchée par le séisme mais surtout par le tsunami de vendredi dernier.

Aujourd’hui les besoins sont énormes pour 200 000 personnes parmi lesquelles des dizaines de milliers d’enfants : Eau Nourriture Soins médicaux.

Nous faisons appel à votre générosité et avons besoin de votre générosité pour nous aider à secourir cette population durement meurtrie une fois de plus.

Ne serait-ce qu’un petit geste en notre faveur !

Ne serait-ce que10 € ! Nous vous en serions très reconnaissants !!!

Cliquez sur Bannière rouge 

MERCI

 

COMPTE RENDU FORMATIONS

GESTION OPERATIONNELLE ET COMMANDEMENT (GOC 2/3)

&
SECOURS AQUATIQUES (SAV)

DU 30 OCTOBRE AU 6 NOVEMBRE 2016

EQUIPE PEDAGOGIQUE

RELATION ADMINISTRATIVE :

Claude LETT

GESTION OPERATIONNELLE ET COMMANDEMENT :

Jean-Marc CHESNET : Didier BAYON

SECOURS AQUATIQUES :

David MAURIN : Bernard CINI

Départ samedi 30 octobre pour Bernard, Jean-Marc et David avec la Royal Air Maroc

Malgré quelques déboires sur le trajet à cause de la circulation dense et surtout de l’arrivée tardive à l’aéroport pour l’embarquement, les bagages sont enfin enregistrés.

Arrivés à Casablanca, les bagages sont transférés sous notre nez mais nous étions derrière les vitres du terminal et ce que l’on voit sort du réel, une valise tombe sur le tarmac et, c’est une de nos valises. Nous tapions à la vitre blindée et bien sur personne n’entendait, heureusement tout est rentré dans l’ordre quand le chauffeur a remarqué dans son rétro une valise à terre.

Atterrissage à Cotonou à 5h du matin, Lazare est au rendez-vous, puis nous profitons de la journée du dimanche pour faire le tour des infrastructures que nous allons utiliser pour le stage SAV. Ce qui nous permettra de trouver un site sur l’océan plus adapté quelques centaines de mètres plus à l’ouest que la plage d’Obama Beach.

Lire la suite...

Départ dimanche 31 octobre pour Claude et Didier avec Air France.

Départ de Lyon à 12h pour une petite escale à Roissy. Redécollage à 13h30 pour Cotonou.

Atterrissage à Cotonou à 21h30, récupération des 6 sacs à 22h30 et bien sûr ce sont les derniers qui arrivent sur le tapis….

L’équipe est là avec Lazare. Nous prenons la direction du GNSP (groupement national des sapeurs- pompiers) pour notre première soirée.

Nous prenons ensuite nos quartiers au G.I.S (groupement d’intervention subaquatique) qui nous héberge pour la semaine. C’est le centre de secours au bord de la lagune de Cotonou. Sa vocation est de défendre principalement le marché de Dantokba (un des plus grands marchés d’Afrique), et aussi de déployer les moyens nautiques (barques, sauveteurs aquatiques) en défense du lac, de la lagune et de l’océan.

Panorama du Groupement d’Intervention Subaquatique.

Marché de Dantokba

Lundi 31 octobre
Pour l’ensemble du groupe lundi matin : 8h

Nous arrivons au GNSP avec notre pick-up Toyota où la garde est à la prise d’armes. Seuls les pompiers du GIS sont prêts et en tenues (short, tee-shirt, maillots de bain).

Lors de la revue du matériel donné les années précédentes nous nous rendrons compte qu’il y a moins de perte et que le matériel est entretenu avec soins (même les shorts ont été floqués par leur soins). Nous leurs présentons alors le matériel qui a été acheté par l’association, 11 lots « palmes masques tubas lycras». Cette nouvelle donation de matériel est présentée aux officiers présents.

La formation SAV peut commencer et c’est en VSAV désarmé que le groupe rejoint la piscine de la ville de Cotonou.

Formation GOC :

Les 31 stagiaires du stage GOC s’installent dans la salle de cours au 1er étage du GNSP.

2 niveaux de grades sont présents dans la salle : les sergents qui passent le BQ1 (grade de sergent/chef) et les sergents/chefs qui passent le BQ2 (grade d’adjudant). Ils sont facilement reconnaissables puisque leurs tenues sont différentes : kaki pour les BQ1 et bleu pour les BQ2. Après les présentations d’usage, le capitaine de la formation ouvre le stage. Nous nous présentons à notre tour, les cours théoriques peuvent commencer. Le lundi se passe sans qu’on puisse déceler si les stagiaires sont attentifs et intéressés par la formation, l’ambiance est assez lourde d’autant plus que la salle n’est pas du tout adaptée à ce type de formation. Heureusement le mardi est un jour férié, ce qui va nous permettre de recentrer la formation GOC sur les attentes des stagiaires.

Mardi 1er novembre :
Nous profitons que le mardi soit férié pour nous permettre de recentrer la formation GOC pour répondre à

l’attente des stagiaires.

Mercredi et jeudi matin

Les 2 journées sont essentiellement axées sur des cas concrets théoriques et pratiques en sous-groupe de 6 stagiaires.

Jeudi après-midi et vendredi matin

Ces 2 demi-journées sont consacrées à la mise en œuvre opérationnelle des différents cas que les stagiaires ont vus les jours précédents. Un questionnaire technique servira pour la validation des stagiaires.

FORMATION GOC

MATIN

APRES MIDI

Lundi 31

Accueil des 31 stagiaires avec une introduction de la formation effectuée par le capitaine chef du service formation de GNSP

Mot de Claude Lett : Président AAIP.
Présentation des 2 formateurs pour la semaine.

Sécurité individuelle et collective MGO : marche générale des opérations

GOC : Rôle du chef d’agrès et rôle du chef de groupe

Travail en sous-groupe sur des cas concrets

Mardi 01

Férié

Férié

Mercredi 02

Réaction de mémoire : 5 questions écrites

Travail en sous-groupe sur des cas concrets

Généralité sur le commandement

Raisonnement tactique et SITAC

Travail en groupe avec thème sur terrain

Jeudi 03

Travail en groupe avec thème sur terrain

Manœuvre sur terrain avec thème pour chef d’agrès

Culture Administrative (CAD) : droits et obligations

Manœuvre sur terrain avec thème pour chef d’agrès

Vendredi 04

Evaluation écrite certificative : 1h
Manœuvre sur terrain avec thème pour chef d’agrès

Colloque de fin de stage Verre de l’amitié

DEROULEMENT DE LA FORMATION SAV :

Plan de Cotonou avec les sites de manœuvres :

Piscine de Cotonou : un bassin de 50m
El Dorado Hôtel : Plage privée d’un hôtel à l’abri des vagues grâce à une jetée Erevan : Plage naturelle de l’océan atlantique avec gros rouleau et courant Lac Nokoué : lac au nord de Cotonou d’une dizaine de kilomètres carrés

Piscine de Cotonou Lundi 31 octobre

Ouverture du stage :
09h30 piscine de Cotonou,

Le stage commence avec l’échauffement pris en charge par le SAV béninois référent sport, il en sera ainsi toute la semaine pour l’échauffement, le retour au calme et les étirements.

Puis c’est la partie aquatique qui commence.

Echauffement dans l’eau et prise de contact du nouveau matériel.
1er test 500 Nage Libre
En 2ème partie, travail en atelier : – séance apnée en statique et dynamique

Puis nouveau test de 500m Nage Libre
Puis relais par équipes et une équipe formateurs. Pour finir waterpolo pendant 30 minutes

Mardi 01 Novembre

– travail sur les prises de dégagement

14h00 piscine Cotonou

Echauffement puis travail en atelier

⁃ 1) Technique de sauvetage
⁃ 2) Palmage
⁃ 3) Travail de vidage du masque

FERIE

Mercredi 02 novembre
Matin
-Echauffement
-Echauffement, palmage, endurance environ 1000 mètres. – 3 ateliers : en appui avec les aides formateurs.

1) sauvetage d’urgence à 15 mètres du bord
2) sauvetage au filin environ 30 m du bord
3) travail apnée sous une plate- forme 4 mètres de fond

-Travail de relais (3 équipes de 4) avec comme objectif la vitesse d’exécution, rapidité d’intervention et un travail d’orientation.

Présence de la télévision Japonaise et de notre président de 2AIP.

Après-midi lac Nokoué

Exercice de sauvetage depuis embarcation. Rappel des règles de sécurité : port du coupe circuit pour le pilote, point mort lors de la récupération de sauveteur et de victime ; port du gilet de sauvetage pour tout le personnel.

La manœuvre sur le lac : dépose de la victime, puis mise en situation, passage rapide et dépose de sauveteur, et retour pour récupérer tout le monde avec l’embarcation une fois que le sauveteur a abordé et sécurisé la victime.

Jeudi 03 Novembre 9h00 plage Erevan

Nouveau site une plage plus à l’est de Obama beach !
Plage qui est plus creusée et des vagues qui sont mieux formées, du coup plus intéressant pour apprendre à les passer. Un peu moins de courant latéral.

1) Travail de passage des vagues (1ère fois pour certains stagiaires). 2) Travail avec le filin

La sécurité est toujours assurée par trois stagiaires près à effectuer un sauvetage filin. Des simulations sont effectuées par l’encadrement dans les vagues pour voir les réactivités des stagiaires.

Vendredi 04 Novembre 8h30 « Plage Erevan »

Même travail que jeudi avec passage de tous les stagiaires en sauveteur de pointe.

EN CONCLUSION SAV :

Nous sommes agréablement surpris du dynamisme créé par AAIP sur le sauvetage aquatique au Benin. Cette formation perdure tout au long des années puisque maintenant la quasi-totalité des futurs stagiaires ont les clés techniques nécessaire en natation au début de stage.
Ce qui nous permet de nous concentrer uniquement sur la pratique du sauvetage aquatique.

De notre côté nous avons comme projet de diversifier les compétences du groupe, cela passera par le recensement de rivière accessible pour la sensibilisation à l’eau vive. La réparation du zodiac du GIS, ou une mutualisation des moyens avec la police de Cotonou qui dispose de 4 semi rigide d’intervention pour développer la compétence en mer avec embarcation.

Tous n’ont pas réussi le stage montrant la difficulté de cette formation malgré un très bon groupe, bon esprit, bonne cohésion, ayant permis de délivrer les diplômes de SAV à dix stagiaires sur treize au départ. Nous avons élevé au rang de formateur trois anciens stagiaires.
L’objectif étant pour ces formateurs de pouvoir former un groupe homogène avec les autres sauveteurs des stages précédents dans un souci de maintien des acquis.

Pendant toute la durée du stage nous avons insisté sur la sécurité collective et l’entretien du matériel à disposition. Nous avons félicité les stagiaires pour leur engagement sans faille durant la semaine : ils ont tous nagé pas moins de 4,5 km.

A noter l’implication des cadres du GNSP qui ont été présents tout au long de la semaine sur tous les sites.

Vendredi après-midi

Colloque en salle de conférence en présence de la totalité des stagiaires GOC et SAV, Commandant en

11

second et des officiers du GNSP. La promotion SAV 2016 se nomme Félix Dansou*.

Après les discours des différents acteurs, une multitude de photos sont faites dans la cour avant le pot de l’amitié

Rencontre avec le commandant CARA responsable sécurité civile à l’ambassade française de Cotonou. Nous lui faisons un point de notre activité depuis 2010 avec les différentes formations, tel que le secours routier, le sauvetage aquatique et la gestion de commandement.

Nous avons formé une trentaine de sauveteurs aquatiques. Certains ont participé à une opération de secours sur la lagune en 2016 où ils ont sauvé plus de 35 personnes dont de nombreux enfants et femmes d’un bateau trop chargé qui coulait.

Rencontre avec le LIEUTENANT-COLONEL Gildas Tikpatimah N’DAH-SEKOUl Chef du GNSP en présence du commandant CARA pour faire un point technique sur les besoins à venir du GNSP. Après viennent les remerciements du colonel sur la qualité des formateurs dans les différents thèmes depuis 2011.

Nous lui faisons part que nous venons d’apprendre que le GNSP était en négociation avec les responsables du port autonome pour signer une convention de partenariat en vue de former les pompiers du port. La veille nous avons été contacté par un responsable du port pour assurer les mêmes formations et particulièrement le Secours aquatique.

Nous pensons que maintenant le GNSP a la capacité d’assurer les formations du personnel du port autonome, nous ne répondrons pas à la demande formulée par les autorités du port.
Dans le domaine du SAV, nous serons partenaires pour mettre en place cette formation au sein du port autonome avec deux ou trois moniteurs d’AAIP et trois formateurs du GNSP.

Un stage PLG 0 « Plongeur premier niveau » est prévu dans le premier trimestre 2017, celui-ci serait financé par des donateurs privés Béninois.

Le GIS peut être considéré comme un centre de référence pour les sauveteurs aquatiques, avec ses 5 formateurs, qui nous ont prouvé leurs engagements lors de cette formation.
Nous devons continuer à renforcer la capacité de travail uniquement des formateurs par un accompagnement ponctuel lors d’une session SAV organisée par eux. Dans les nouvelles compétences des SAV nous proposons une formation en eau vive, le recensement des rivières sera effectué en 2017 par Lazare et Thomas chef de compagnie du GIS.

Dans le domaine du GOC, nous pensons que cette formation a bien été perçu par les stagiaires, il manque un niveau qui n’est pas en place encore au GNSP le GOC 3, équivalent chez nous du Chef de Groupe. Ce maillon est le lien entre les chefs de gardes et les cadres supérieurs lors d’une intervention. « Les officiers chefs de groupe assurent le commandement lors d’interventions qui ne nécessitent pas la présence d’un officier supérieur ».

Les officiers du GNSP possèdent le GOC4 équivalent chef de colonne, Il manque ce lien qui nous paraît important, mais je suis conscient que nous avons toujours cette vision française de la protection civile.

À partir de relations que nous avons en France, proches du président de la république du Bénin Monsieur TALON, nous avons envisagé une rencontre avec celui-ci pendant notre séjour à Cotonou. Des événements graves qui ont secoués la vie politique locale pendant une semaine nous ont empêché de mener à bout cette rencontre. Il est évident pour nous que nous reconduirons cette demande lors de notre prochain séjour au Bénin.

En attendant les futures demandes émanant du chef du GNSP pour poursuivre notre action de formation, nous devons continuer la recherche de fonds pour organiser nos déplacements au Bénin.

*Félix Dansou Ancien ministre du gouvernement Béninois est le père de benoit membre de notre association.
Monsieur Dansou est à l’origine de notre partenariat avec le Groupement National des Sapeurs Pompiers du Benin et de notre rencontre avec le général Amoussou. Celui-ci nous a quitté en 2015.