Rapport mission Palu Indonésie

Rapport mission Palu Indonésie 2018

Le vendredi 28 septembre :  l’Indonésie est de nouveau frappée par un tremblement de terre suivi d’un tsunami sur la région de Sulawesi .     La Région de Palu, ville de 350 000 habitants est la plus durement touchée .

Dés le Samedi 29 septembre :  2AIP et Pompiers Missions Humanitaires, forts de leur expérience commune sur l’Indonésie, Haïti et le Népal se mettent en relation pour échanger sur la catastrophe et activer le processus de Pré-alerte.

Le dimanche 30 septembre :  les images des îles Célèbes démontrent l’ampleur de la catastrophe. Nous prenons la décision d’attendre l’autorisation du gouvernement indonésien pour intervenir.

  

Le lundi 01 octobre :  les médias français annoncent sur les différentes chaines de télévision que le gouvernement indonésien demande l’Aide Internationale.    Nous constituons les équipes, faisons les démarches auprès des compagnies aériennes et prenons contact avec les différentes Organisations Gouvernementales .

Le mardi 02 octobre : les autorités Indonésiennes acceptent officiellement l’Aide Internationale entraînant notre départ sur Paris pour récupérer trois caisses de médicaments de type « Tulipe ».

Le mercredi 03 octobre : l’équipe provenant de deux associations (Actions Aides Internationales Pompiers de la Drome et Pompiers Missions Humanitaires du Calvados) est constituée d’un médecin, 2 infirmières, 4 sapeurs-pompiers avec comme matériel, 2 unités de potabilisation et plus de 160 kilos de médicaments (Adulte et Pédiatrique).

Le Jeudi 04 octobre : les membres des deux associations se rejoignent à Paris pour prendre un vol de la compagnie Singapore Air Line avec un transit à Singapour et une arrivée sur Jakarta.

Le vendredi 05 octobre : nous arrivons à Jakarta où nous croisons d’autres ONG françaises et étrangères qui nous font part de leurs difficultés pour rejoindre la zone sinistrée.

Nous prenons contact avec l’Ambassade de France en Indonésie et avec le MAE (Ministère des Affaires Etrangères) pour nous aider dans nos démarches.

En fin d’après-midi nous recevons de l’Ambassade de France un mail nous informant que l’Agence Nationale de Gestion des Catastrophes (BNPB) à indiqué que le Gouvernement Indonésien ne sollicitait pas l’aide des ONG étrangères même pour les opérations de sauvetage et d’assistance médicale. Elle précise en effet que ces domaines sont déjà couverts par les organismes nationaux compétents et les ONG Indonésiennes et nous invite à prendre contact avec le BKPM (Agence Indonésienne des Investissements) en charge de coordonner l’Aide Internationale privée. Suite à ces informations nous envoyons un mail au BKPM.

Si l’Indonésie précise sa suffisance dans les moyens de recherche de corps et les soins médicaux, elle confirme cependant son besoin de potabilisation, moyens aériens et hébergement. Nous rentrons dans la compétence potabilisation et poursuivons nos démarches.

Le samedi 06 octobre : le BKPM nous informe que le Gouvernement Indonésien coordonne en fonction des besoins du terrain les renforts étrangers. Cependant, comme nous sommes déjà présents sur Jakart , il nous invite à nous rendre vers le pont aérien situé sur l’île de Bornéo à BALIKPAPAN et à prendre contact avec le PNPB .

Nous procédons au reconditionnement de l’ensemble de notre matériel sur zone Cargo pour que celui ci nous suive sur Balikpapang entraînant un coût de 6 600 000 Rph (700 euros environ). 

Nous prenons donc un vol pour nous rendre sur l’Ile de Bornéo afin de poursuivre notre mission.

A notre arrivée à l’Aéroport, nous sommes invités à rejoindre le bureau de Police où tous nos passeports sont récupérés et photographiés par un agent .

Nous avons un entretien directif et sans équivoques avec un représentant du Ministère Indonésien qui après avoir exprimé sa gratitude et ses remerciements à l’égard de l’engagement des pays amis et des ONG qui se sont mobilisés, annonce fermement le refus catégorique de notre intervention sur zone sinistrée. Nous avons l’interdiction formelle de déployer nos équipes médicales et de potabilisation sur le lieu de la catastrophe. Cependant, nous sommes autorisés à nous y rendre pour du tourisme … il précise que si ces consignes ne sont pas respectées, nous nous exposons à des poursuites. Un sentiment d’incompréhension et de frustration est ressenti par toute l’équipe au vue de la situation dramatique sur la ville de Palu et de la détresse de la population sinistrée relayés par les médias sur le terrain. 

Le médecin du groupe à proposé de faire don de nos médicaments pour les sinistrés mais cela à été refusé catégoriquement. 

Par ailleurs, chacun des bénévoles voit ce sentiment accru au vue de la situation et des efforts fournis (pose de congés, absence familiale, coût financier important pour leurs associations). 

Le dimanche 07 octobre : le groupe retourne sur Jakarta.

L’équipe prend contact avec l’Ambassade de France en Indonésie, avec les membres des Associations restées en France et nos différents partenaires pour un premier bilan de la mission.

Le lundi 08 octobre : nous prenons ce jour contact avec la compagnie aérienne SINGAPORE Air Line pour changer nos billets ayant le souci d’impacter le moins possible les finances de l’ONG et de rentrer le plus tôt possible.  

  Recherche ONG locales pour faire don de nos médicaments afin d’en faire bénéficier la population.Nous rapatrions notre fret resté en zone cargo sur l’aéroport de JKT afin de l’alléger et préparer des colis de dons à des associations locales 

Nous avons la confirmation par Singapour airlines que nous pouvons rentrer dés ce mardi en France. 

Chef de Mission (AAIP et PMH)    Mickaël Richomme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *