Haiti 2010

Dans notre revue de l’année dernière (parue un  peu tardivement en raison du programme Urgence Haïti qui nous a tous mobilisés) nous avions pu vous faire un premier compte rendu de ce programme qui s’est tenu du 16 janvier 2010 au 16 mars 2010.Nous vous rappelons les actions menées en 2010 en direction de ce pays gravement meurtri  par le séisme du 12 janvier 2010 et qui, on le sait aujourd’hui  a fait près de 300000 morts, des milliers de sinistrés. En janvier 2011, on compte plus d’un million de sans abri.Six équipes se sont succédées, toutes réalisées en partenariat AAIP, PHN, PICA.

Toutes les missions étaient composées d’un médecin, d’un infirmier et de secouristes pompiers. Du personnel non médical s’est également associé aux différents niveaux d’intervention.

Equipe 1

La première équipe dirigée par Michael avec Anne-Marie, Benjamin, Franck, François, Quentin, Stéphane partie de Roissy le 16 janvier 2010 réussit à toucher le sol haïtien à JACMEL  le 18 janvier à 19 h 15 après beaucoup de difficultés de transports et  un périple  via la République Dominicaine et la ville de  Cabo Rojo port militaire. En effets, les dégâts paralysaient les aéroports et les routes, les accès étaient coupés.Dès le 19 janvier, ils sont au cœur du problème pour l’évaluer et mesurer l’ampleur des désastres : L’hôpital de JACMEL est presque totalement détruit. Les patients pris en charge sont dehors sous des bâches présentant des fractures ouvertes, des plaies gangrenées en attente d’être opérées. Un seul bloc opératoire et très peu de matériel orthopédique sont disponibles pour faire face aux besoins.Un peu partout dans la ville, des camps de sinistrés, sans eau potable, ni latrines, dépendent du Programme Alimentaire Mondial qui essaie de livrer un repas journalier.L’équipe s’attarde sur le camp de « Pinchinat » (nom donné au stade de foot où 5615 personnes attendent) et décide d’installer un poste médical avancé, pour assurer la gestion des soins primaires. Rapidement opérationnel, de nombreux haïtiens viennent  proposer leur aide. Au cours de ce premier séjour du travail et de mise en route du PMA, nous avons effectué  des consultations, pour essayer de soulager au mieux le maximum de personnes du camp. Cependant deux immenses moments de bonheur : la participation au sauvetage d’Elisabeth le bébé de 23 jours  qui a survécu 7 jours sous les décombres, ainsi que le premier accouchement : naissance de Kervens orchestrée par l’équipe au complet sous la tente. Le PMA est en place, et fonctionne : place à l’équipe suivante.

Equipe 2

Sous la responsabilité de Jérôme, Amélie, Cédric, Edern, Jean Pierre, Nadia et Philippe ont continué à soigner les occupants du Village de Pinchinat.  les bénévoles de cet espace ont souhaité donner ce nouveau nom au lieu. Toujours et encore des consultations et des soins, mais la vie continue et s’organise au mieux dans cet espace : Les renouvellements de pansements avec des plaies impressionnantes à désinfecter. Les gens n’expriment pas leurs douleurs, ils serrent les dents. On manque de médicaments en particulier d’anti douleur. Des bagarres ont éclaté à cause du ravitaillement. Cédric  a organisé un tournoi de foot avec en prélude un ramassage des ordures sur le terrain foot.Les enfants sont ravis, 4 équipes à gérer lui demandent beaucoup de sang froid !!  Beaucoup d’enfants les ont rejoints,  il pourra constituer facilement 20 équipes.Nous avons continué à recevoir les blessés du séisme qui n’ont toujours pas vu de médecin. Beaucoup d’enfants comme des adultes sont couverts de saleté et avec la malnutrition ils présentent une multitude de boutons s’apparentant à des crevasses. On leur nettoie le corps. Heureusement, arrivent les premières latrines et douches construites par Médecin Sans Frontière.Cependant il manque cruellement de nourriture et d’eau potable. La population grandit et des gens extérieurs viennent aux distributions d’où le manque. Vols et  multiples  agressions en découlent. Une nouvelle naissance : « Je m’appelle CEJENADIO, en l’honneur de CEDRIC, JEROME et NADIA. Je viens de venir au monde ce samedi 31 janvier à 12h 15 dans mon pays qui est Haïti. Mes parents n’ont plus de maison depuis le 12 janvier, ils vivent comme 9000 haïtiens près du PMA d’une petite association française. Ils sont 14 personnes : pompiers, médecins, infirmiers qui veillent sur nous 24 heures sur 24 comme ils le font en France »

Equipe 3

La  troisième équipe managée par Claude avec Catherine, Jean-Marc, Magali, Mathieu, Maxime, Philippe, Raphael, Vanessa arrive sur place à Port au Prince le 04 février et peut ainsi, en traversant le pays jusqu’à JACMEL mesurer l’ampleur de la catastrophe qui a frappé Haïti.C’est la continuité du programme médical mis en place par les deux précédentes équipes, avec son lot quotidien d’infections, de déshydratations et de diarrhées. La population du village de Pinchinat ne cesse de grossir et les consultations augmentent. Une légère  réorganisation du PMA offre un espace de travail plus agréable. Lors de cette  mission effectuée du 02 au 16 février 2010, nous avons réalisé, parallèlement à notre assistance sanitaire, une évaluation en vue d’une réorganisation du tissu sanitaire de la localité. Il apparait clairement que la situation catastrophique ne va pas se solutionner en quelques semaines. Devant l’importance des consultations, leurs diversités et l’impact positif lié à la présence de ce poste médical avancé  (aucun décès depuis son installation), la pérennisation de celui-ci après la phase d’urgence sur une zone urbaine avec des populations sédentarisées semble indispensable.L’évaluation et les échanges avec le cluster santé ont conclu à la nécessité d’implanter un dispensaire sur le site où nous sommes et qui abrite  8000 sinistrés minimum. C’est ainsi que le projet DISPENSAIRE à JACMEL est né.

Equipe 4

L’équipe 4 pilotée par Didier avec Alain, Evelyne, Florian, Guy, Jean-François, Jean-Pierre, Wilfried poursuivra la tâche initiée, et gardera le rythme  en assurant  près de 200 consultations chaque jour. Il y a beaucoup de problèmes de peau, de déshydratation, surtout chez les enfants et une grosse recrudescence de MST. Le tout s’accompagne de points de sutures suites aux diverses bagarres locales. Nous constatons qu’un nombre de plus en plus important de personnes venus de loin, hors de l’agglomération de JACMEL, se rend aux consultations, et la file d’attente est souvent longue devant le PMA.

Equipe 5

La cinquième équipe animée par Stéphane, avec Bérangère, Bruno, Jean-Jacques, Philippe continuera les consultations en nombre important avec des conditions de chaleur excessive, une grosse demande médicamenteuse et humaine.  Elle collaborera avec trois personnes du gouvernement sur un programme de vaccination et de nutrition

Equipe 6

La sixième et dernière équipe conduite par Claude, avec Claude-Alain, Françoise, Franck, Rémi, les deux Stéphane a eu la lourde tâche de fermer le poste médical de Pinchinat.  De ce fait, l’activité, durant ces deux dernières semaines, n’a pas diminué car la population savait que cette présence quotidienne allait cesser. Le 16 mars 2010  toutes les actions des postes médicaux mobiles des régions la Montagne et les Raymonds ainsi que le poste fixe de Jacmel se sont arrêtés. Nous savons laisser derrière nous  lots de drames et de misère.

Conclusion

42 membres de AAIP – PHN – PICA se sont reliés sans discontinuité dans le camp de PINCHINAT et dans des dispensaires mobiles, les Montagnes JACMEL, Belle Hôtesse, la Croix, les Reymond.Nous avons pris en charge en huit semaines 6084 personnes et effectué plus de 30 évacuations sur l’hôpital St Michel ou autres structures internationales, avons eu la joie de 6 naissances dont celle de Céjnadio. Une personne, hélas, est décédée sur le camp pendant notre présence. Nous sommes tous revenus avec le sentiment du travail accompli mais non terminé. Nous laissons un vide dans ce camp mais aussi dans cette région, pour la suite des soins. Nous avons quitté JACMEL  non par manque de moyens humains, mais simplement par manque de moyens financiers. Merci à ceux qui sont venus en Haïti, ceux qui voulaient venir, ceux qui ont organisé des manifestations pour assurer le financement de cette longue mission. Merci à tous les donateurs privés et publics qui ont reconnu notre savoir faire dans l’urgence. Merci aux personnes AAIP- PHN – PICA pour la parfaite entente lors cette opération. Merci également à toutes les autres associations que nous avons croisées et avec lesquelles nous avons pu partager des moments de solidarité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *