Chronologie

Mobilisation d’AAIP

Le Népal a été frappé, samedi 25 avril à 11 h 56 (heure locale, 8 h 11 à Paris), par un très puissant tremblement de terre de magnitude 7,8 le plus dévastateur depuis près d’un siècle pour ce petit pays situé au pied de l’Himalaya. L’épicentre se situait à 80 kilomètres au nord-ouest de la capitale, Katmandou Une équipe de 3 personnes quitte la France Lundi pour le Népal. Cette équipe légère se compose d’un chef de mission (didier Bayon), un médecin (pierre Fouillant) et d’une infirmiere (charlene Tomasi). Une équipe plus importante partira en fin de semaine, cette équipe sera composée de médecins, infirmiers et de secouristes. Nous serons attendus à l aéroport par une association locale, cette association humanitaire « partage et soins » a été créée par Véronique CHENAT, infirmière Saulces sur Rhône.

Aides Actions Internationales Pompiers mobilise tout son réseau de partenaires en France et au Népal pour apporter la solidarité aux victimes du séisme meurtrier qui vient de ravager le Népal.

Les partenaires sollicités ont une grande expérience de l’intervention d’urgence.

Dans un premier temps, les aides se sont concentrés sur les soins aux victimes et à distributions d’eau.

Mananjary est une commune de Madagascar, elle se situe en bordure de l’océan Indien. Depuis plusieurs années l’association RAZANAMANGA œuvre avec la communauté urbaine de cette région dans différents domaines. Aujourd’hui un camion incendie 4×4 offert par notre association navigue dans un porte conteneurs vers Madagascar.

Nous prévoyons le départ de deux personnes en début d’année 2015 pour effectuer une formation.

Cette nouvelle mission visera à former les pompiers de cette commune pour utiliser ce véhicule et maîtriser de nouvelles techniques de lutte incendie et de sauvetage.

Après un périple de 1000 km sur les routes qui bordent l’océan indien, le camion 4×4 offert à la commune de Mananjary, est arrivé dans sa nouvelle caserne. Il est le premier maillon du projet « réseau alerte » pour la population lors d’inondations et de passages de cyclones dans cette région.

 

Du 4 au 11 mai nous avons organisé en collaboration avec le GNSP (groupement national des sapeurs pompiers) du Bénin un stage TOP SR pour 16 pompiers du GNSP.

URGENCE:

Bonjour,
suite au passage du typhon en Asie du sud est vendredi dernier occasionnant d’importants dégâts matériels et de nombreuses victimes, la cellule de crise de AAIP a décidé , après contact avec l ambassade des Philippines à Paris, d’engager une équipe d’urgence composé d’un médecin, 3 infirmiers et de 6 secouristes.
Nous aurons également un drone à disposition pour survoler et recueillir un maximum d’informations afin de mener à bien les premières investigations.

Message du jeudi 21 novembre de Jérome:

Nous sommes arrivés à Cebu. Il faut compter une heure et quart de vol depuis Manille.

Meilleur prix chez Philippines Airlines. Un billet vaut 4300 php

Les prix peuvent être différents en fonction de l’heure du vol. Il y a environ 10 vols par jour.

Il ne faut plus compter sur l’armée pour être acheminé, ce n’est plus une priorité les vols commerciaux ont repris.  L’aéroport de Tacloban est rouvert.

Nous avons eu des  difficultés pour faire passer tout notre matériel car ils font payer la surcharge bagage. Une partie de notre équipement est venu par cargo, Virlanie nous fait avoir la gratuité pour 270KG.

Dominique doit également voir pour notre retour CEBU MANILLE avec la gratuité si nous ne sommes pas trop chargés.

Je prévois le vol retour Mercredi au cas ou, pour etre sur d’etre a l’embarquement

Le jeudi.

A Cebu nous avons rencontré Sophie, Kelmut et JC qui ont fondé l’association « Save Malapascoua », et nous demande de l’aide. J’ai décidé d’envoyer en reco avec l’équivalent de 3 caisses tulipes 7 membres de l’équipe : les médecins, les infirmiers et deux pompiers.

Moi je reste à Cebu avec Jean Marc et Benjamin pour récupérer les 7 colis qui nous manque.

Apres 7h de bateaux ils sont arrivés sur l’ile j attendes leurs diagnostiques pour les rejoindre avec le reste du matos.

J’ai eu contact avec électricien sans frontière ils sont aussi en phase d’évaluation, et ne récente pas de besoins particuliers car il n’y a pas de camps de refugiés. Ils ne veulent pas laisser de matériel au Mairie car ils craignent la revente au marché noir.

Nous partons demain rejoindre l’équipe a Malapascoua. Nous prendrons la route pour rejoindre Mayas au Nord à environ 4h. Puis au port nous traverserons en bateau environ 1h de trajet pour arriver.

Relèves

La première partie de l’équipe de relève (AAIP, PHN, PICA) à quittée Paris ce matin pour les philippin avec Singapour Airlines.

  • Natacha Caro
  • Christophe LE MEIL
  • Jean Pierre EUDET
  • Patrick ETIENNE
  • Guillaume COUE

La deuxième partie quitte la France le 28

  • Yannis zeidler
  • Guillaume Anglada
  • Emmanuel Barde
  • Tiphaine Coupel  Infirmière
  • Nadia Georges Médecin

Typhon Haiyan

Le typhon Haiyan (code international : 1330, code JTWC : 31W, typhon Yolanda aux Philippines) est le 35e cyclone tropical de la saison cyclonique 2013 dans le nord-ouest de l’océan Pacifique et le douzième à avoir atteint le seuil de typhon. Le nom Haiyan (海燕) provient de la liste fournie à l’OMM par les pays riverains de la côte du Pacifique, dans ce cas la République populaire de Chine, et signifie « pétrel ». Ce super typhon, équivalent à un ouragan de catégorie 5 sur l’échelle de Saffir-Simpson, a donné des vents soutenus estimés de 230 km/h sur 10 minutes et de 315 km/h (170 nœuds) sur une minute. Il est considéré comme le typhon le plus intense de la saison dans cette région du globe et l’un des plus violents jamais enregistrés.

Formé sous la forme d’une tempête tropicale à l’ouest des Îles Marshall et classé typhon lors de son passage au-dessus des États fédérés de Micronésie, il se dirige ensuite vers l’ouest-nord-ouest ; sa trajectoire le fait passer au-dessus des Palaos, des Philippines, du Viêt Nam, du Laos et du sud de la Chine. Le bilan provisoire au 15 novembre 2013 fait état de plus de 4 000 morts recensés par le gouvernement Philippin, et de dizaines de milliers de personnes souffrant de la faim, devant boire de l’eau non potable et sans abri. Ce bilan est encore évolutif, les recensements étant difficiles du fait des énormes problèmes de communication subsistants. Le 22 novembre, le chiffre des victimes est porté à 5 200 et 1 611 disparus ; le 30 novembre, le Conseil national pour la réduction et la gestion des catastrophes naturelles (NDRRMC) annonce 5 632 morts et 1 759 disparus. Le 14 janvier, les chiffres sont portés à 6 201 morts, 28 626 blessés et 1 785 disparus.

Retour équipe 1

 

Quatre membres de l’association se préparent pour partir en mission de formation au Bénin du 27 octobre au 3 novembre 2013.

Cette formation en secours aquatiques est la suite de la mission de décembre 2012 au profit du (G.I.S.) groupe d’intervention Subaquatique basé à l’intérieur du marché international de Cotonou proche de la lagune.

Après deux ans d’efforts le dispensaire de Jacmel a ouvert ses portes à 8 heures ce matin, 14 h heure française. L’activité est relativement importante après 3 h de fonctionnement 30 personnes avaient reçues des soins.

C’est une belle réalisation de la part du collectif.

Nous remercions l’ensemble des bailleurs de fonds qui nous ont fait confiance.

Merci

Nous avons répondu à une sollicitation de l’association Amitié Coopération Franco Laotienne  ACFL qui œuvre depuis plus de 15 ans dans ce pays.
Cette mission avait pour objet :
Étude sur la faisabilité et la mise en place d’éventuelles missions de formations aux secours routiers et prise en charge des victimes de la route.
Notre expertise commence dans  l’une des  trois casernes des pompiers de Ventiane, le commandant nous a accueilli et nous a écoutés attentivement, celui-ci paraissait très intéressé par notre projet.
Il nous demande d’écrire une lettre de propositions de formations  à leur ministère de tutelle.
Ensuite, visite du  centre de secours. Le parc est assez récent, plusieurs fourgons sont encore rutilants et sont très peu utilisés, le nombre d’interventions est d’environ 25 départs par an et uniquement concernant de l’incendie, 25 interventions pour les visites officielles d’état.
Le nombre de pompiers est de 50, fonctionnant sur des roulements en 24h, par équipe de 12. A priori, très peu de manœuvres sont réalisées ce qui pourrait combler le manque d’expérience.
Notre 1er rendez-vous officiel avec le vice-ministre de la santé, le professeur Som Ock, est annulé car le ministre doit quitter la capitale. C’est son directeur de cabinet le Docteur Nao Boutta qui nous reçoit. Le projet attire toute son attention étant donné que le Laos a pris conscience de l’urgence des problématiques « secours routiers ». Cette entrevue est très courtois..
Nous rencontrons par la suite Monsieur Jean-Pierre Galant, 1er conseiller d’ambassade.
Visite en suite à la croix rouge française qui interviens seulement sur de la formation secourisme de la population en collaboration avec la Croix rouge Laotienne et Handicape International Belgique.
La croix rouge laotienne vient de faire l’acquisition d’une ambulance, celle-ci ne sera par opérationnelle rapidement car le personnel est peu formé et ne travaille que la journée.
Résultats :
Cette mission d’expertise a été nécessaire et nous a montré les faiblesses du système du secours à personne au Laos.
Des difficultés d’identification sont apparues au cours de l’évaluation :
1.      Pompiers
•         Nombres de casernes de pompiers  dans la ville de Ventiane non identifiés
•         Rôle non déterminé des pompiers hormis les interventions incendie
2.      Police
•         Intervient sur les accidents mais sont- ils acteurs sur les secours routiers ?
3.      Croix rouge française, laotienne et Handicap international belge
•         Formation en secourisme d’acteurs locaux de la croix laotienne et des populations
•         Obtention d’une ambulance depuis 2 semaines mais sans rôle particulier sur les accidents.
•         Un mail à été envoyé au directeur du projet de HIB à notre retour, sans réponse de leur part à ce jour.
4.      Hôpital principal de Vientiane
•         2 ambulances équipent cet établissement mais interviennent très peu sur la voie publique, assurant essentiellement des transferts.
CONCLUSIONS :
Malgré un  désir manifeste de l’état laotien de moderniser la sécurité civile dans son pays, de reconnaitre la sécurité routière comme causse nationale, rien n’est prévu pour créer une structure intervenant sur les accidents de la route.
Un financement d’environ 100 000 euros pourrait suffire pour mettre en place une organisation secours routiers dans la ville de Vientiane.
Aucune décision ne peut être prise, actuellement, sur la viabilité du projet.