Chikungunya

Haïti – Santé : Chikungunya, le nombre de cas dépasse largement les estimations

Alors que le chiffre de 15,000 cas de chikungunya avait été estimé (évaluation statistique) sur le territoire national le 30 mai dernier, http://www.haitilibre.com/article-11272-haiti-sante-plus-de-15-000-cas-confirmes-de-chikungunya.html le Dr. Jocelyne Brunache Pierre-Louis, Directrice de la promotion de la santé et de protection de l’environnement du Ministère de la santé Publique et de la Population (MSPP), a annoncé mardi, que le bilan en Haïti, s’établissait en fait, à un peu plus de 27,000 cas confirmés, en date du 31 mai, depuis l’apparition des 14 premiers cas déclarés officiellement le 6 mai dernier. Soit plus de 80% de cas que l’estimation statistique…

Le Dr. Jocelyne Brunache Pierre-Louis a expliqué que dans le cadre du plan national de lutte contre le chikungunya, mis en place par le Gouvernement, les opérations de fumigation se poursuivaient dans l’Ouest et sont maintenant étendues, dans les 10 départements du pays.

Depuis fin mai, des médicaments anti-douleurs et anti-inflammatoires (pour traiter les symptômes) ont été distribués dans tous les centres de santé. Les activités de sensibilisation de la population aux respects des consignes sanitaires dans les médias de masse (spots radio, TV presse écrite) vont s’intensifier notamment durant la Coupe du monde de Football.

Rappelons que le chikungunya ne peut pas se transmettre de personne à personne, mais toujours par l’intermédiaire d’un moustique contaminé et que d’autre part, une personne qui a été victime du chikungunya, se trouve immunisée et ne peut plus contracter de nouveau cette maladie.

En savoir plus sur le chikungunya :
Le nom chikungunya, d’origine makondée, signifie : « qui se recourbe, qui se recroqueville » ou « maladie de l’homme courbé » car cette maladie occasionne de très fortes douleurs articulaires associées à une raideur, ce qui donne aux patients infectés une attitude courbée caractéristique. Le chikungunya (chik) est une maladie infectieuse due à un arbovirus de la famille des « Togaviridae » transmise par des moustiques. Plusieurs espèces de moustiques sont susceptibles de transmettre le chikungunya, mais seules Aedes aegypti et Aedes albopictus ont été à ce jour identifiées comme vecteurs épidémiques, Notez que ces mêmes espèces sont également impliquées dans la transmission d’autres arbovirus tel que : dengue, fièvre dengue hémorragique, fièvre jaune, etc.

Les premiers symptômes de la maladie (incubation) surviennent 2 à 6 jours, après que la personne a été infecté et débute de façon soudaine par une fièvre généralement élevée, associée à des douleurs articulaires intenses et à une éruption cutanée transitoire. Ces symptômes s’accompagnent parfois de douleurs musculaires, de maux de tête, de troubles digestifs. Le chikungunya est une maladie handicapante non seulement en raison des douleurs mais aussi du fait d’une grande fatigue qu’elle provoque chez plus de la moitié des malades. Chez certains patients, les effets, notamment rhumatologiques, peuvent persister pendant plusieurs mois, voir plusieurs années.Il n’existe aucun médicament efficace contre le chikungunya. Le traitement de la maladie est donc uniquement symptomatique et repose principalement sur l’administration de médicaments des traitements anti-douleurs et anti-inflammatoires. L’aspirine et le Diclofenac doivent être évités à cause du risque d’hémorragies.

par HAITI-LIBRE – 11/06/2014 11:06:37

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *